Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 22:52

 

 

 

WEB-IMG_2318.jpg

 

Voici un mariage bien traditionnel comme on en faisait encore au début du 20ème siècle ! Monsieur le Maire jovial, célèbrant le mariage d'un jeune homme en gants beurre frais et d'une demoiselle timide, les yeux mi-clos dans sa longue robe blanche au col claudine boutonné jusqu'au menton, entourés d'une future belle-mère forcément accariâtre et d'un beau-père "bonne pâte", appréciant apparemment de tater de la bouteille...

 

Après la cérémonie et quelques fléchettes ou balles de son bien placées sur le haut des personnages, tout ce beau monde bascule un à un derrière la table du traditionel banquet.WEB-IMG_2215.jpg

 

 

 

 

 

Donc , une fois le mariage célébré, chacun se met à table et trinque, une coupe à la main à la santé des nouveaux mariés !

 

 

    Voici l'état du jeu en bois et carton avant restauration.

La bande de bordure de papier rouge a de nombreux manques et se décolle en plusieurs endroits,

 

WEB-IMG_2217.jpgWEB-IMG_2218.jpg

 

le papier fantaisie qui entoure la boîte est inexistant dans les angles, il a pris l'humidité, il est taché, déchiré,délavé par endroits.

 

 IMG 2224WEB IMG 2225

 

 

       Le fond du jeu en carton est déchiré et défoncé par les impacts de fléchettes ou les lancers de  balles. 

 

WEB-IMG_2222.jpg

 

 Pour cette restauration, il a d'abord fallu décoller ce papier fantaisie qui était directement collé sur le bois et sur le pourtour du carton de fond, ce qui n'a pas été chose facile, puis restaurer toutes les déchirures et enfoncements de ce carton, ensuite le doubler pour le renforcer.

 

WEB-IMG_2335.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WEB-IMG_2337.jpgLe but de la restauration n'étant pas seulement esthétique mais également destiné à la conservation du jeu dans le temps, un papier neutre intermédiaire a été collé sur la structure en bois pour ne pas que le papier fantaisie d'origine soit directement au contact de celle-ci. Une fois le papier réparé et reteinté pour lui donner une homogénéïté, une fois les manques reconstitués, il restait à le remettre en place. La table du banquet (chromo sur carton) a également été remise en état et doublée d'un carton de renfort par l'intérieur.

WEB-IMG_2332.jpg

  Afin de mettre l'ensemble "hors poussière" et de pouvoir le ranger sans dommage, j'ai confectionné une belle boîte articulée à liseret rouge (comme le jeu) rendant la manipulation plus aisée pour l'en extraire.

 

  WEB-IMG_2328.jpg

 

 

 

 

 

      Souhaitons maintenant aux jeunes mariés une belle lune de miel, une vie heureuse et une longue descendance, à l'abri des regards indiscrets...

WEB-IMG_2327.jpg                                                                                              

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 20:24

 

Ces deux estampes d’environ 54 x 74 cm représentent la place et le grand théâtre de Saint Pétersbourg en l’an 18 d’une part et la banque impériale et les grandes boutiques d’autre part.

 WEB-IMG_1673-copie-1.jpg

WEB-IMG_1678.jpg

 

Ces vues d’optiques étaient destinées à être regardées avec un ensemble de miroirs et de lentilles pour créer des perspectives saisissantes. Les appareils utilisés s'appelaient boîte d'optique ou miroir diagonal ou zograscope. L'estampe était posée à plat et on la regardait à travers une lentille bi-convexe via un miroir incliné.



Il s’agissait comme dans le cas présent de gravures  sur cuivre à l’eau forte, rehaussées à l’aquarelle. Les sujets étaient toujours horizontaux et représentaient en général des scènes de villes, principalement les capitales d’Europe, rues, ports, fleuves, jardins, etc…. A son âge d'or, ce procédé a été employé comme divertissement de salon. Cela permettait de découvrir le monde à moindre frais.  

Zograscope-O.jpg

Celles-ci ont été très endommagées par un stockage dans de mauvaises conditions. Collées au dos d’un carton extrêmement acide, elles ont des marges complètement rousses, le papier est devenu excessivement friable, une marge est ouverte au niveau de la cuvette, une autre marge est déchirée et comporte une lacune. le graphisme est couvert de foxing, le papier est partiellement épidermé par de petits insectes gloutons et est très encrassé. Bref ! Beaucoup de travail en perspective (sans vouloir faire de jeu de mot !).

WEB-IMG_2009.jpgDifférents accidents avant et après réparation :WEB-IMG_1679.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WEB-IMG_1683.jpgWEB-IMG_2007.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WEB-IMG_1676.jpgWEB-IMG_1620.jpg

 

 WEB-IMG_2004.jpgWEB-IMG_1674.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 WEB-IMG_2008.jpgWEB-IMG_1634.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etant donné la fragilité du papier, les deux eaux-fortes ont été doublées d'un grand papier japon d'une épaisseur en rapport avec le grammage des estampes.

 

Voici le résultat final !WEB-IMG_2000.jpg

 WEB-IMG_2010.jpg

Il est dommage qu’il n’y ait aucune indication concernant le dessinateur, le graveur, l'éditeur ou l'imprimeur. Malgré mes recherches sur internet, je n’ai trouvé aucune information sur ces documents en particulier. Si quelqu’un en avait parmi mes lecteurs, elles seraient les bienvenues...

 

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 13:09

 

 

 

WEB-IMG_1020.jpg

 

On m’a confié récemment un jeu de loto appelé « LOTO DROLATIQUE » dont le titre est également écrit en anglais « DROLATIC LOTO ». 

Il contient 20 cartons bilingues, un sac de 90 jetons en buis, un petit sac de mises en verre découpé transparent et une corbeille en osier tressé.

WEB-IMG_1041.jpg

 WEB-IMG_1048.jpg

WEB-IMG_1518.jpg

Les sujets illustrés sur les cartons reflètent les loisirs et les soucis de l’époque : le canotage sur la Seine à Asnières, la mode de 1863, l’expédition de Chine, les fins de mois difficiles, l’acidité du vin d’Argenteuil, les embarras de Paris, les risques pris en bourse….

WEB-IMG_1046.jpg 

 

Le couvercle est illustré d’une très belle lithographie en couleur rehaussée d’aquarelle gommée dessinée par COUDERT, lithographiée par MAROTTE. Ce jeu est édité par NARCON.

WEB-IMG_1050.jpg

 

Pour ceux qui voudrait en savoir plus sur cet éditeur de jeux, je ne saurais trop vous recommander la consultation du site « www.jeuxanciensdecollection.com » dans la rubrique "les jeux, par éditeur.

 

Tous les éléments de la boîte (fond, couvercle et côtés) étaient complètement déformés, désolidarisés et recousus ensemble pour un semblant de maintien par du fil, de couleur et de grosseur différentes, allant jusqu’à de la petite ficelle. Les coins de la boîte étaient inexistants, des morceaux de carton manquaient sur les côtés. Quant aux papiers, tout le doublage blanc était déchiré, perforé de trous d'aiguille et en mauvais état, la bordure cuivrée était en lambeaux, il manquait des morceaux de la frise bordant la lithographie et du papier à losanges sur les côtés. En ce qui concerne l’illustration, elle était très encrassée et tachée.

WEB-IMG_1022.jpg

 

En premier lieu, avant de déposer tous les papiers et de mettre les cartons à nu, il faut faire des photos, bien noter toutes les côtes et le système de montage de la boîte ainsi que la façon dont les papiers se chevauchent pour reconstituer ensuite le jeu à l’identique.

 WEB IMG 1015

WEB-IMG_1025.jpg

 

La solution de facilité consisterait à recouper des cartons neufs pour les rhabiller ensuite avec les papiers d’origine. A mon sens, il faut impérativement garder aussi les cartons d’origine quel que soit leur état et le temps que l’on va passer à les reconstituer car le carton du milieu du 19e n’est pas le même que le carton du 21e siècle. Il a une « âme ». Le carton du 19e n’a aucune planéité, il est comme cotonneux, nuageux en surface, on voit qu’il est composé de toute sorte de matériaux hétéroclites : du son de diverses graines, de minuscules morceaux de journaux défaits, de la paille, du chiffon, il est lourd, mou et sans cohésion.

 

Et on retrouvera toutes ces caractéristiques lorsque le jeu sera restauré : on retrouvera en surface l’irrégularité du carton, on sentira sa densité, son poids. Une boîte refaite avec des cartons neufs serait trop rigide, aurait un aspect trop net, lisse, anguleux.

WEB-IMG_1032.jpg WEB-IMG_1028.jpg

 

Je passe sur la mise en presse de tous les éléments en carton mouillé qui doit être faite ni trop tôt (sinon le séchage prend un temps infini), ni trop tard (sinon le carton gondole), ni trop longtemps (sinon le carton moisit) avec une pression différente en fonction du stade de séchage.

 WEB-IMG_1023.jpg WEB-IMG_1017.jpg

 

 

 

La difficulté du montage de cette boîte est que les côtés ne sont pas fixés sur le bord du fond et du couvercle mais en retrait de quelques millimètres. Cela complique un peu la fixation et la bonne tenue de l’ensemble. D’autre part, il faut que l’emboîtage de la partie supérieure sur la partie inférieure soit parfait, sans trop de jeu. Si l’emboîtage est un peu trop juste, on paraffine les angles intérieurs pour éviter le frottement qui peut entraîner la déchirure des papiers à ces endroits-là.

 

En ce qui concerne les manques de papier de recouvrement des côtés et de la frise bordant la litho, il a fallu les reconstituer à l’identique en partant d’une photocopie laser. Les couleurs des photocopies n’étant jamais vraiment satisfaisantes, il a fallu retravailler celle-ci jusqu’à obtenir les teintes semblables.

 

Voir photo ci-dessous : à droite le papier d’origine, à gauche le papier refait à l’identique.

  WEB-IMG_1523.jpg

Une fois tous les papiers réunis, il faut nettoyer la lithographie aquarellée. Ce travail ne peut se faire qu’à sec du fait des ajouts d’aquarelle gommée sur la couleur d’impression.  

    avant restauration WEB IMG 1029 

 

Il faut ensuite, recouvrir la boîte de ses 5 papiers différents (papier intérieur, papier de recouvrement des côtés à losanges, bandes de papier cuivré pour les séparations intérieures et les bordures extérieures, lithographie, frise à cheval sur la litho et la bordure cuivrée/dorée) en suivant bien le schéma que l’on a pris soin de noter au démontage.

 

                              WEB IMG 1516 

Après restauration

 WEB-IMG_1511.jpg

 

 

WEB-IMG_1512.jpg

 

 

Quelques retouches de finition et un collectionneur heureux de retrouver ce témoin de notre patrimoine à peu près dans le même état que lorsque les enfants y jouaient en cette fin du 19e !

  WEB-IMG_1514.jpg

WEB-IMG_1513.jpg

 

WEB-IMG_1508.jpgWEB-IMG_1510.jpg

 WEB-IMG_1519.jpg

 Et la corbeille en osier remise en forme en prime !

 

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 08:59

La dernière étape du Tour de France va partir de Rambouillet le 22 juillet pour se terminer sur les Champs Elysées après 120 km de course.WEB-IMG_6403.jpg

 

Du 5 au 28 juillet, le service du patrimoine de la ville va à cette occasion exposer à la Médiathèque Florian une douzaine de jeux datant de 1920 à 1957 extraits du musée du jeu de l’oie, avec notamment des jeux humoristiques et publicitaires, pour Butagaz par exemple.

 

Dans ce but, la conservatrice du Palais du Roi de Rome m’a confié 2 jeux de société anciens à restaurer sur le thème du cyclisme provenant de leurs collections. Il s’agit de jeux de parcours.

 

LE JEU DU TOUR DE FRANCE IMG 0388

 

 

Réalisé par l’OGEP - avec l’agrément officiel de

 

L ‘EQUIPE et du PARISIEN LIBERE

 

 

 

 

 

GEO-XX-39-PH1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOS CYCLISTES A TRAVERS LA FRANCE ET LA BELGIQUE ET LE JEU DU VELODROME

 

 

 

La boîte du jeu du "tour de France" avait les angles scotchés et certains côtés étaient même cousus au gros fil (c’est une façon de restaurer comme une autre ! En tout cas, c'est une restauration réversible...). WEB-IMG_0393.jpgAvant et après :

WEB-IMG_0484.jpg

 

Le papier bleu d’origine avait perdu toute sa surface et donc sa couleur. Le seul témoignage de la couleur d’origine  se retrouvait comme souvent sur les rabats intérieurs qui n’avaient pas pris la lumière.

Angle avant restauration :

WEB-IMG_0404.jpg 

 Le même angle après restauration :

 

  WEB-IMG_0479.jpg

 

Ce papier n’étant pas récupérable, il a fallu travailler un papier de même nature jusqu’à obtenir la teinte originelle. Les côtés du couvercle et du fond une fois décousus ne tenaient pratiquement plus aux parties supérieure et inférieure de la boîte.

Après avoir enlever les "coutures" :

WEB-IMG_0401.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Couvercle et fond après remontage :

 

WEB-IMG_0481.jpg

 

 

 Le renforcement de la boîte ne pouvait pas se faire par l'intérieur du fait que le carton était à nu. Pour garder l'autenticité du montage, j'ai dû faire le renforcement du fond et du couvercle par l'extérieur, c'est-à-dire sous le papier bleu et l'illustration. la restauration est ainsi invisble. 

 WEB-IMG_0478-R.jpg

 

Et voici ce que contenait ce jeu Photos-jeu-de-l-oie-007.jpg

Photos-jeu-de-l-oie-004.jpg

  -=-=-=-=-=-=-

 

La boîte du jeu « Nos cyclistes à travers la France et la Belgique » était elle aussi très malade et a eu besoin d’un démontage et d’un décollage complet de tous les éléments.

 WEB-IMG_0373.jpgWEB-IMG_0378-R.jpgD’une part, le dessus du couvercle en carton avait été enfoncé sur 3 angles et défoncé sur le 4ème, ce qui avait déchiré et amputé la chromolithographie.

D’autre part l’âme en bois était apparente dans tous les angles et décloutée par endroits, le papier doré qui faisait la finition au niveau de la fermeture de la boîte était pratiquement inexistant et le papier fantaisie du pourtour avait de très importantes lacunes et s’écaillait complètement. 

WEB-IMG_0384.jpgLes montants intérieurs du fond avaient les angles bien écrasés et atrophiés.

WEB-IMG_0386-R.jpg

 

 

Pour remonter la boîte, j’ai récupéré le carton de la base qui est devenu le carton du couvercle, j’ai mis un carton neuf pour le fond, j’ai reposé des bandes de papier doré vieilli sur les bords de l’âme en bois recloutée (préalablement recouverte d’un papier non acide intermédiaire), j’ai reconstitué du papier fantaisie, j’ai repositionné la chromo une fois nettoyée avec également un papier au PH neutre en-dessous, j’ai reconstitué les manques sur le pourtour de la chromo, puis estompage et finition.

 

 

 

Photos après restauration :

WEB-IMG_0489.jpgWEB-IMG_0494.jpg

 

  IMG 0490

 

  WEB-IMG_0492.jpgWEB-IMG_0488.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 09:16

WEB-IMG_0501.jpg

 

 

Le dernier numéro du magazine ALADIN de juillet (n° 285) qui vient de paraître me consacre 4 pages pour parler de la restauration des jeux de société anciens, avec illustrations à l’appui.

 

Je souhaite rectifier les légendes des photos des pages 138 et 140 qui ne correspondent pas du tout aux photos choisies par le magazine.

 

Page 138 en haut à droite : Il ne s’agit pas d’une « notice de jeu, dédoublée» mais du verso publicitaire d’un jeu de l’oie sur papier édité pour la société de cirages et  produits d’entretien  LION NOIR qui avait sa fabrique à Montrouge.

Le document n’a pas été « dédoublé » comme indiqué dans la légende mais au contraire « doublé » d’un papier japon très fin qui permet de conserver la lisibilité du texte et de pouvoir manipuler et utiliser le jeu sans risque de le déchirer.

 

Page 138 en bas : il ne s’agit pas du tout du « jeu de l’oie La France et la Russie de 1898 » mais d’un jeu de l’oie du début du 20e dont la charnière en toilé était déchirée.

 

Page 140 à droite : comme vous pourrez le corriger vous-même, il ne s’agit pas d’un « jeu de petits chevaux » mais du jeu de l’halma qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet aux Etats-Unis en 1888. Il est devenu vite très populaire et a pris le nom actuel de jeu de dames chinoises.

 

Page 140 en bas : Il ne s’agit bien évidemment pas d’un « jeu de loto » mais tous simplement d’une boîte de jetons en bois ayant fait sans doute partie d’un grand coffret de jeux réunis comme c’était la mode fin 19e et début 20e.

 

A l’approche des « grandes vacances »,

je souhaite à tous mes lecteurs de faire

d’heureuses trouvailles

cet été sur les routes

de France et d’ailleurs !                   WEB IMG 0500                                  

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 09:42

 

Mon activité m'amène quelquefois à restaurer des objets assez inattendus.

 WEB-IMG_0281.jpg

En voici deux qui ont été soumis récemment à ma dextérité.WEB IMG 0187

 

Un gros chat, mélomane sans doute, est venu se lover dans le pavillon de phono PATHE DIFFUSOR des années 30 de son propriétaire et l'a malheureusement bien détérioré avant d'y trouver une position confortable ! WEB-IMG_0272.jpg

 

Le pavillon est déchiré au niveau du saphir et complètement cabossé !

 

J'ai réussi à réparer la déchirure et à ramolir le matériau pour débosseler le pavillon. Il a fallu ensuite doubler la partie centrale de l'intérieur pour lui redonner un bel aspect au niveau de l'esthétique et masquer la réparation. Pour cela j'ai dû travailler longuement un papier pour lui donner cet aspect un peu vieux cuir et cette belle patine que vous voyez sur la photo avant de le replacer au centre.

 

 WEB-IMG_0276.jpg

 

Le chat est maintenant interdit de séjour dans le salon !

 

 

 

 

WEB-IMG_0274.jpg

 

 WEB-IMG_0273.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre objet qui doit avoir pratiquement disparu de la circulation du fait de sa fragilité : un emballage vintage d'un ustensile de cuisine très prisé des enfants et des plus grands : le coupe-frites  dénommé : VITE-FRITE VF 202 !WEB-IMG_0310.jpg

 

Le propriétaire de cet ustensile s'en sert régulièrement et le remet religieusement dans son emballage d'origine après chaque utilisation, c'est dire s'il y est attaché ! Il faut dire aussi que sa cuisine  a un côté rétro bien sympathique, le temps s'y est arrêté à  l'époque de la révolution des petits accessoires ménagers dans les années 60.  

Il m'a donc demandé de prolonger la vie de la boite de son très cher coupe-frites.

WEB IMG 0184

Voici donc les photos avant et après restauration !

WEB-IMG_0186.jpg

 

La boîte a été démontée, réparée, renforcée. Les morceaux de carton manquants ont été reconstitués. Elle a ensuite été doublée d'un papier ancien masquant la restauration intérieure et elle est prête à être utilisée encore quelques dizaines d'années, ouverture et fermeture garanties !

 

    WEB-IMG_0306.jpg

 

 

 

 WEB-IMG_0307.jpg

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 10:42

 

 

 

WEB-IMG_1160.jpg

 

 

 

WEB-IMG_0071.jpg

 

L’encadreur de mon quartier m’a confié récemment 2 très grandes aquatintes (57 x 74 cm) retrouvées par un de ses clients dans sa cave, dans un état assez désespéré mais d’un grand intérêt par le renom de leurs auteurs et le sujet très plaisant.

 

Il s’agit de scènes de chasse dessinées par Carle VERNET et gravées par P-L DEBUCOURT, intitulées respectivement "le départ" et "la chasse". 

 

Carle Vernet est né à Bordeaux en 1758 et mort à Paris en 1836. Il est le fils du célèbre peintre de marine Joseph Vernet et père d’Horace Vernet, tout aussi célèbre peintre d’histoire et de sujets militaires.

Sous le Consulat, Carle profita de sa connaissance des chevaux pour peindre des scènes de batailles mais durant la Restauration, le pays étant plus calme, il pris beaucoup de plaisir à dessiner et peindre des chasses à courre. Il faut dire que c’était un des meilleurs cavaliers de son temps, il était le compagnon de fêtes et de chasses du Duc d’Orléans. A l’âge de 75 ans, le matin, il montait encore régulièrement à cheval dans les allées du bois de Boulogne. Il avait une prédilection pour les pur-sang de course, fins et racés et rompait ainsi délibérément avec les traditionnels et lourds chevaux cabrés représentés par les peintres de son époque.

 

Philibert-Louis  DEBUCOURT fût son contemporain puisqu’il est né 3 ans avant lui et mort 4 ans plus tôt (1755-1832). Il débuta par des tableaux de genre mais dès 1785, il renonça à la peinture pour se consacrer exclusivement à la gravure à l’aquatinte. Cette technique lui valut une réputation énorme car très en vogue à cette époque. Il collabora avec plusieurs artistes et notamment avec Carle VERNET dont il grava de nombreuses œuvres.

 

L'aquatinte est un dérivé de l'eau-forte (gravure en creux à l'acide sur une plaque de cuivre) mais la plaque est préalablement saupoudré de grains de résine de façon plus ou moins dense puis chauffée avant le tracé. Cette résine donne au final un aspect de points vermiculés lorsqu'on regarde la gravure à la loupe.

 

Voici quelques détails montrant l'état dans lequel se trouvait la première gravure et son état après restauration :

WEB-IMG_0074.jpg WEB-IMG_1171.jpg

 

 

WEB-IMG_1170.jpgWEB-IMG_0006.jpg                                                              

 Le papier a subi une telle humidité prolongée que l'acidité du carton d'encadrement a très fortement et profondément oxydé le papier jusqu'à le trouer en une cinquantaine d'endroits. Il a donc fallu traiter l'oxydation, neutraliser l'action du traitement et stabiliser le papier, doubler l'oeuvre en totalité avec un papier japon assez épais à la colle d'amidon au verso, combler chacun des trous par le recto et enfin estomper chaque comblage.

 

La deuxième gravure dans aussi piteux état a subi le même traitement et mon intervention a comblé d'aise l'heureux possesseur de ces grandes aquatintes.

 

WEB-IMG_1176.jpg WEB-IMG_0081.jpg Quelques détails, de mouillures notamment avant et après restauration :

WEB-IMG_1182.jpgWEB-IMG_0079.jpg

 

Travail en cours de doublage et de séchage : 

 

WEB-P1000266.jpg

 

Ne laissez plus se détériorer vos trésors dans vos caves ou vos greniers, faites-les revivre, rien n'est irrécupérable malgré l'idée que l'on peut s'en faire...

 

(Source sur les peintres Vernet et

 Debucourt :BENEZIT)                                                                                  

 

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 13:11

WEB-IMG_0476.jpgWEB-IMG_0813.jpg

cubes avant restauration                       modèle de cubes peint par Seignac - restauré

 

RESTAURATION D’UN TRES GRAND JEU DE CUBES FIN 19e

 

 

Impressionnant !

Nombre de cubes : 70 !

Dimensions : 32 X 44 cm !

Poids : 5 kg !

 

Il s’agit plus d’une jeu de cubes pour jeune fille ou adulte que pour jeune enfant, au vu des diverses illustrations et de la difficulté à différencier les modèles les uns des autres une fois mélangés (j'en sais quelque chose, ça m'a pris un certain temps !).

 

Il n’avait plus sa boîte et il ne restait plus que 4 modèles sur 6, très endommagés, mais des modèles signés et de peintres assez connus :

 

Daniel RIDGWAY KNIGHT (1839 Philadelphia – 1924 Paris)

 

Ce peintre américain est venu à Paris en 1861 pour étudier la peinture à l’Ecole des Beaux-Arts avec Cabanel comme professeur. Il a ensuite étudié dans l’atelier de Charles Glevre puis dans celui de Jean-Louis-Ernest Meissonier. Il a eu son atelier à Poissy, a rencontré Renoir et Sysley. Il a été fortement impressionné par Jean-François Millet lorsqu’il peignait à Barbizon mais trouve que ses œuvres sont trop fatalistes, il préfère peindre le peuple dans ses bons moments de tous les jours : des paysanes dans la nature ou aux taches ménagères. Il a aussi beaucoup utilisé les peintures qu’il a faites de son jardin à Rolleboise à l’ouest de Paris. C’était un peintre naturaliste.

 

Ce peintre est redevenu très populaire depuis les années 1980 aux Etats Unis.  Ses œuvres sont aujourd’hui très recherchées sur le marché international et sa côte monte de plus en plus.

 

La médaille d’argent et la croix de la légion d’honneur lui ont été décernées à l’Exposition Universelle de Paris en 1889. En 1893, il reçut la médaille d’Or de l’Académie des Beaux-arts de Pennsylvanie à Philadelphie.

WEB-IMG_0478.jpg 

 

  cubes et modèle avant restauration 

 

 WEB-IMG_0479.jpg

 

  Modèles après restauration 

WEB-IMG_0817.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 WEB-IMG_0816.jpg

 

  

Guillaume SEIGNAC (1870 Rennes-1924 Paris)

 

Peintre académique français ayant appartenu à l’école d’Ecouen. Il étudia son art avec Tony-Fleury, Gabriel Ferrier et surtout William Bouguereau qui exerça une grande influence sur lui tant dans le choix des thèmes traités que dans la technique utilisée qui accorde une grande importance à la qualité du dessin. Il expose régulièrement aux salons, où il est récompensé en 1900 par une mention honorable et en 1903 par une médaille de troisième classe. Les femmes constituent son sujet de prédilection, qu’il peint souvent dévétues dans une atmosphère antique ou mythologique. 

 

Cubes et modèles avant restauration 

Le modèle restauré est plus bas sur le dessus de la boîte. 

   WEB-IMG_0472.jpg

WEB-IMG_0473.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                   

 

Hans ZATZKA (1859 Vienne – 1945 Vienne)

 

C’était un peintre autrichien de style académique et religieux, connu aussi sous le nom de P. RONSARD, Joseph BERNARD et Bernard ZATZKA. Il a été élève de l’Académie des Beaux-arts de Vienne de 1877 à 1882. Il a ensuite voyagé et étudié la peinture en Italie. Il décora de nombreuses églises de fresques et de portraits. Il aimait peindre des femmes idillyques et sensuelles, des elfes, des anges gardiens, des cupidons. Il illustra aussi beaucoup de cartes postales.

  

 

  avant et après 

WEB-IMG_0481-copie-2.jpg    restauration 

 

WEB-IMG_0814-copie-1.jpg 

 

Les modèles étaient déchirés en plusieurs morceaux et grossièrement recollés au dos au sparadrap. Il a fallu décoller tout cela, les doubler et faire les retouches nécessaires, soit environ 10 H de travail pour les 4.

    

En ce qui concerne les cubes, il n'y avait pas de parties manquantes mais une grande usure sur toutes les arêtes qui gênait un peu la lecture. Les 6 faces ont été restaurées à raison de 2 à 3 H par face, soit près de 15 H de travail.

 

Enfin la boîte a été recréée de toutes pièces  : elle est faite d'un fond et d'un couvercle qui s'emboîtent, en carton épais recouvert d'un tissu vert. Le couvercle a été illustré d'une photocopie laser d'un des modèles restaurés de la boîte de cubes.

 

Cette boîte ne prétend pas être authentique mais permet simplement de ranger ces cubes de façon pratique et  esthétique.

 

 

WEB-IMG_0818.jpg 

WEB-IMG_0812.jpg

 

 

Cubes restaurés

avant et après

 

WEB-IMG_0480.jpgWEB-IMG_0811.jpg

 

 

 

 

 

 Donc au total, une  petite trentaine d'heures de travail seulement !

 

 

(Source concernant les peintres : Wikipédia)

 

 

 

 

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 16:46

 

 

IMG_0385.JPG

 je remercie tous les internautes qui sont venus consulter mon blog  cette année et qui apprécient mon travail ainsi que les nombreux Colombiens qui se sont déplacés au marché de Noël pour venir admirer mes encadrements, restaurations diverses de gravures, livres pour enfants et jeux anciens....

 

 

 Très bon Noël

et rendez-vous à l'année prochaine !

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 16:47

 

 

 

 

RESTAURATION D’UNE GRAVURE SUR BOIS DE DURER

SUR PAPIER CHIFFON VERGE – 16 éme Siècle

 

 

WEB IMG 7022

 

Albrecht DURER né à Nuremberg en Allemagne (1471-1528) était le fils d’un orfèvre. Son grand-père orfèvre puis imprimeur s’est rendu compte très tôt de son don pour le dessin lors de son apprentissage au métier d’orfèvre et son père l’autorisa à entrer à 15 ans dans l’atelier du peintre Michael WOLGEMUT où il resta 3  ans et apprit toute les techniques et notamment celle de la gravure sur bois.

Durer servi plus tard de référence aux graveurs italiens et nordiques qui lui succédèrent.

WEB IMG 7031

 

 

 

La gravure sur bois que j’ai eue à restaurer s’appelle « la mise au tombeau » et fait partie d’une série de 12 gravures, intitulée « LA GRANDE PASSION SUR BOIS » (1511)  accompagnée au dos de vers latins de Benedikt CHELIDONIUS.

Les bois sont encore visibles aux British Museum.

 

Il s’agirait d’un original selon expertise faite par le possesseur de cette oeuvre.

 

 

WEB IMG 7024 

La gravure est déchirée en trois morceaux, elle a 3 angles atrophiés et elle est très détériorée, le papier est fissuré un peu partout et il y a de nombreuses lacunes dans le graphisme.

  

  

 ORIG-TRAITEE-IMG_7023-copie-1.jpg

 WEB IMG 7032

 

  

 Cette gravure avait déjà été partiellement restaurée  il y a quelques décennies mais les morceaux n’avaient pas été remis correctement en place (pas jointifs), on avait utilisé localement un simili japon assez opaque et d’une teinte beaucoup plus foncée que la gravure. Cette restauration ne permettait plus de lire une partie du texte latin au verso. elle comportait également 2 grosses charnières en papier sur le côté gauche sur le verso ainsi que des taches orangées. Le papier était aussi très gondolé.

 

 

 

 

 

WEB IMG 9156WEB IMG 9159

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Le travail a été le suivant : 

 

. la dépose des précédentes restaurations,

. le nettoyage et l’atténuation des taches au verso à défaut d’avoir pu les éliminer complètement,

. un facing et un doublage avec un chanvre de manille de 9 gr qui permette de lire le texte en latin au verso,

WEB IMG 9162 

 

. un encollage réversible pour une belle  mise à plat,

. le comblage des lacunes (réfection des 3 angles manquants et de 33 autres

  manques de papier dans le graphisme),

WEB IMG 9338

 

. l’estompage des pièces de comblage à la teinte du

  papier d’origine,

. et pour finir un montage réversible conservation PH neutre avec un contre-collé vergé et un carton de fond Museum pour pouvoir stocker et consulter sans dommage cette magnifique xylographie !

 WEB IMG 9344

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WEB IMG 9330

Repost 0
Published by atelier-du-49.over-blog.com
commenter cet article

L'Atelier du 49

Christine                                

Christine HERVOUIN

Restauratrice de documents graphiques, BD et de jeux de société anciens

Encadreur d'art
92700 COLOMBES
Tél : 06.89.55.10.06
email :
chervouin@wanadoo.fr
n° SIRET : 519 769 996 0001